L'instinct maternel n'existe pas ...

Publié le par maman ... mais pas seulement

20100616-DSC_0083.jpg

 

... pour moi j'entends mais pas seulement, pour Mathilde Seigner aussi !

Et elle l'explique si simplement que j'ai l'impression que ses mots sortent de ma bouche, ou mes mots de sa bouche enfin mots et bouche quoi. 

 

Voici ma première vraie participation aux Vendredis intellos de Mme Déjantée (oui parce que la première fois j'ai pas trop respecté les règles, j'aime pas les règles !).

Et cette participation coïncide avec ma lecture du dernier Psychologies où cette chère Mathilde se pose sur le divan.

Alors elle y va franco et j'adore ça :

J’ai eu des moments où j’avais le coeur qui se soulevait : « Mais est-ce que c’est vraiment le mien ? »

Un bébé, c’est quelqu’un que l’on ne connaît pas, c’est une autre personne, que l’on a créée ! C’est surréaliste ! C’est aussi très magique, très extraordinaire. Ces petites mains… Je ne lui donnais pas son bain. Je disais à Matthieu : « Vas-y, toi. Moi je vais le faire tomber… » J’avais peur de le tuer, j’avais peur de tout.

Je l’aimais, probablement, mais ça ne me passionnait pas plus que ça. Je me disais : « Au moins, il n’est pas trop moche. »

" Je fais une très grande différence entre le bébé et le petit garçon. Rien à voir entre ce que j’ai ressenti à sa naissance, où je me suis dit : « Mais qu’est-ce que c’est que ce machin ? » "

 

Qu'est-ce que c'est que ce machin ? C'est exactement ce que j'ai pensé à l'instant où Numéro 1 a pointé le bout de son nez ...

Le pauvre, je me suis rattrapée depuis mais à ce moment précis, j'ai eu juste le temps de leur dire " non ne le posez pas sur moi ! " Attends, l'était tout dégoulinant le mieuche, une vraie tronche de makake, faisait rien que hurler.

Et avec ses 4 kg, l'air de rien pour un premier (avec 15 jours d'avance siouplé), m'avait un peu explosée au passage, l'espace de quelques putain d'interminables minutes j'ai eu l'impression d'être une vieille chemise qu'on reprisait ...

Bref, le regardant de loin se faire donner les premiers soins, j'étais autant rassurée de le savoir en bonne santé que de le voir bien éloigné de moi.

 

Je me souviens précisément avoir eu cette impression assez marquée que je n'arrivais pas à faire le lien entre ce que j'avais ressenti enceinte, le bébé qui bougeait en moi et ce bébé là, qu'on disait être mien mais que je ne connaissais pas.

Je le voyais clairement comme un étranger, un bébé qui arrivait de nulle part et qu'on m'avait posé là, à charge pour moi d'essayer de le garder en vie ...

Et non je n'ai pas ressenti un amour irréfléchi pour lui, non je n'ai pas compris intuitivement ce dont il avait besoin, non je n'avais clairement pas la connaissance innée du comportement à adopter pour le satisfaire !

Mon Musclor national a tout de suite été plus à l'aise que moi en matière de bébé, c'est très souvent lui qui lui prenait le bain, s'occupait de son blurrrggppp oups j'ai vomi cordon, l'endormait sur son épaule.

 

Si les choses ont été différentes pour Numéro 2 où j'avais déjà quelques repères, le premier contact n'a pas été des plus chaleureux : je l'ai prise tout de suite contre moi, j'ai aimé sa chaleur et sa gluanteur, je l'ai mise au sein et tout et tout ...

N'empêche que passé le premier émoi du " ouf elle est sortie et a pas fait son Irène de service en emportant tout sur son passage ", je me suis mise à chialer et j'ai dit à Musclor entre deux sanglots : "elle est trop moche, on dirait une mémé ".

 

Et avec Numéro 3 les choses se sont définitivement confirmées : je n'ai pas l'instinct maternel et Nondodieu quand c'est que je retourne au boulot !

 

Ma copine Mathilde elle dit aussi :

" À partir du moment où il a commencé à parler, j’ai trouvé ça intéressant. Mais avant, franchement… "

La maternité, ce n’est vraiment pas spontané. "

Ben voilà, c'est exactement ça, bien sûr je les ai aimés mes bébés, je n'aurais probablement pas supporté qu'on leur fasse du mal.

Mais à l'extrême (ouais j'aime la provoc.) je dirais presque comme toute chose qui m'appartient et à laquelle je tiens ...

 

L'instinct maternel n'existe pas chez moi, c'est mon amour maternel qui se construit doucement et grandit avec eux, un peu plus chaque jour ouais enfin pas tous tous les jours non plus ...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

vlynette 06/09/2011 21:09


Rien que pour ce que tu as écrit ci-dessus, je t'adopterai immédiatement si ce n'était déjà fait !!!!!!! Tant pis pour l'instinct, ce qui compte c'est l'Amour :-)))


maman ... mais pas seulement 07/09/2011 20:57



Exactement ! Ah mais faut les aimer en plus de s'en occuper ? :)



vlynette 06/09/2011 14:17


Tu as raison, l'instinct maternel c'est que de l'amour et il grandit à mesure que grandit l'enfant :-)))
Quand on m'a présenté ma fille (4h après sa naissance vu que c'était par césarienne et que je ne voulais pas me réveiller !) j'ai vu un truc jaune qui bougeait tellement que je n'arrivais pas à le
fixer. Quand j'ai entendu son prénom alors que j'étais sûre d'avoir un garçon, j'ai pensé qu'ils étaient tous débiles et je n'avais qu'une envie : me rendormir !!! Dans les heures qui ont suivi, je
l'ai pas trouvée super belle non plus mais évidemment je ne le disais pas, de peur justement d'être taxée de mauvaise mère...
Et l'instinct grand-maternel ? Mon Niaf, je l'ai adoré dès la 1ère seconde, c'était (C'EST) le plus beau bébé du monde et je pense que quoi qu'il fasse, cet enfant-là sera mon idole pour toujours
:-))))))


maman ... mais pas seulement 06/09/2011 19:23



Alors au risque de te décevoir, je ne pense pas que tu aies l'instinct grand-maternel, c'est simplement que Niaf est une bombe atomique de bébé fabuleux et beau comme un camion (quand je l'ai vu,
j'ai failli laisser les miens et le kidnapper), et ça n'a rien à voir avec le fait que c'est mon neveu :)



Aubergine(divine) 04/09/2011 17:21


Et me voici par ici. En tant que Marraine des vendredis intellos, j'ai pour mission de proposer un debriefing de certains billets, et ton billet en fait parti (j'en suis ravie d'ailleurs)
Comme toi j'ai lu l'article de psychologies magasine et comme toi je me suis aussi reconnue dans les dires de Mathilde Seigner. Cependant si je m'en tire à la définition de l'instinct maternel
d'après ce site : Le Guichet du savoir. On voit que l'instinct maternel c'est plus l'instinct qu'on a de garder en vie notre petite bout et de subvenir à ses besoins basiques. Or j'ai l'impression
(arrête moi si je me trompe) que tu expliques ici, plus la difficulté que tu as eu de te dire mère et de réaliser que ton enfant était bien le tien, sorti de ton ventre (j'ai eu aussi et encore
aujourd'hui presque 1 an après mon accouchement j'ai du mal à me dire que je suis mère). C'est vrai qu'on parle d'instinct maternel à tout bout de champs, mais je me demande souvent si on met tous
la même définition. Bref tout ça pour dire que j'ai l'impression que tu as (en fait) l'instinct maternel (c'est à dire que tu donnes à manger, change et câline tes enfants) mais que tu ne t'es pas
sentie devenir mère instantanément, c'est venu petit à petit, ça a pris son temps? (je te pose toute ces question pour m'aider à mon débriefing et être sûre de bien pointer le sujet et ne pas
passer à côté)
A bientôt en tout cas ;-)


maman ... mais pas seulement 04/09/2011 21:20



Merci de ta viste et j'apprécie ce questionnement qui me donne à réfléchir bien que je l'ai déjà pas mal fait depuis Numéro 1 (10 ans déjà le bougre :)


J'ai lu des tas de choses sur l' IM et ce qu'on y met dedans : c'est très vaste et je te rejoins sur le tout bout de champ.


Néanmoins, même si je ne suis pas partie dans de grands développements, j'insiste sur l'instinct maternel et c'est bien de ça dont j'ai voulu parler notamment dans le passage en bleu (non je n'ai
pas su ... non je n'ai pas ressenti ...).


Je te confirme penser vraiment que je ne l'ai pas mais que j'ai une propension énorme à l'amour maternel mais là rien d'original ...


En contradiction avec ton questionnement, je me suis paradoxalement sentie mère très vite voire presque tout de suite mais je n'ai pas ressenti ce qu'on est sencé ressentir seolon ce fameux
instinct maternel, le côté louve, animale, love de son bébé, le côté instantané automatique de cette débauche d'amour inconditionnel : non clairement pas, ravie d'ailleurs dés que Musclor
s'occupait de ses enfants, aucune difficulté à déléguer bien au contraire, des envies de meurtre même parfois dans les grands moments de crise de pleurs, de nuits blanches etc ...


Bref, je me suis sentie responsable de mes enfants et de leur bien être plus qu'instinctivement faite pour ça, sachant que mes propos sont un peu généralisés que mes ressentis ont été différents
à chaque naissance, les différences ayant trait non pas à un quelconque instinct mais bien plus aux circonstances, âge, configuration familiale et amoureuse etc ...


J'espère avoir étayé mon propos pour t'aider dans le débrief et éclairer tes questions


Bon courage et à très bientôt j'espère ;)



Mamma Loup 03/09/2011 18:54


Alors ça c'est une idée intéressante ! Je vais m'y pencher, mais il se pourrait bien que grâce à toi j'ai trouvé le thème pour vendredi prochain !
Un vécu différent sur une même opinion de départ... très bonne idée. Je vais chercher un texte !


maman ... mais pas seulement 03/09/2011 19:21



pour la peine tu devras me citer :)



Mamma Loup 03/09/2011 09:49


Merci merci pour ce superbe article !
Alors autant ce que tu racontes n'est pas du tout mon cas et je ne m'y reconnais pas personnellement, mais je suis complètement d'accord avec tout ce que tu dis. Je pense simplement qu'il n'y a pas
de règles et que ce n'est pas parce que certaines ressentent cet instinct (moi aussi je me suis sentie devenir animale en devenant mère) que c'est une généralité.
C'est bien que tu en parles, et sur ce ton là.
Je relaye ton article qui devrait intéresser beaucoup de monde


maman ... mais pas seulement 03/09/2011 18:27



Merci de ton ouverture !


Il pourrait être intéressant de faire un article sur la question mais du point de vue d'une louve :), un tout autre ressenti pour mettre des mots sur des ressentis spontanés