D.L.A

Publié le par maman-mais-pas-seulement

livre-ouvert-1.jpg

 

Késaco ? Juste un Diagnostic Littéraire à l'Aveugle.

Mais attends, ne flippe pas, je t'explique : j'ai entendu parler de ça sur ma radio préférée (le Mouv') qui évoquait le concept d'une sorte de jeu que l'on retrouve sur France Culture dans l'émission les Papous dans la tête.

Si tu connais, tu noteras qu'une fois de plus j'arrive après la bataille puisque ce D.L.A existe depuis bien longtemps et moi je l'ai découvert il y a tout juste quelques semaines ...

 

Mais c'est pas grave, il n'empêche que je trouve le concept amusant et comme je suis une pompeuse née (d'idées hein Musclor pas de méprise ...), j'ai envie de lancer un petit défi toujours sans cadeau hormis celui de mon admiration la plus absolue même si on est d'accord, ça vaut pas un caillou !

 

L'idée est simple : je te propose un extrait de roman que j'ai lu et tu essaies de trouver de quel bouquin il s'agit.

Comme je suis lue par des milliers d'admirateurs et teuses, ça va faire un buzz énorme et on va s'éclater (comme une crotte par terre, c'est pas grave je suis joueuse).

Si t'es trop une bête et que tu trouves d'emblée, ben tu dis rien et tu laisses un peu mijoter.

 

Tu as bien entendu le droit de poser toutes les questions que tu veux pour t'aider à trouver ou juste pour faire le(a) malin(e) mais je ne pourrai répondre que par oui ou par non et bien sûr, tu ne copies pas le texte dans Gogole, ça serait de la triche !

 

Allez j'me lance :

 

Le destin de l'amour, c'est la décadence.(...)

La paresse remplace l'amour, les habitudes dégagent les sentiments, ça a l'apparence d'une maison, or les colonnes ne sont plus en bois, c'est du carton, c'est du papier mâché.

Tendresse ? Au début, tu m'as préférée mais est-ce que tu me préfères toujours ?

Comme je suis là, la question a disparu, et le désir aussi.

Tu ne souhaites plus vivre avec moi puisque tu vis avec moi.

Je ne suis plus ton évasion, je suis ta prison, tu te cognes à moi, tu me subis.(...)

Hommes et femmes ne restent ensemble que par ce qu'ils ont de plus bas, de plus vil et de plus laid en eux : l'intérêt, l'angoisse du changement, la crainte de vieillir, la peur de la solitude.

Ils s'engourdissent, ils s'amenuisent, ils abandonnent l'idée qu'ils peuvent faire quelque chose de leur vie, ils ne se tiennent la main que pour ne pas marcher seuls vers le cimetière.

Tu n'es resté avec moi que pour de mauvaises raisons.

 

Mais non Musclor, c'est pas toi ! C'est juste un roman pas gaite !!

Publié dans Celle qui essayait ...

Commenter cet article

magda 16/06/2011


Bon, moi aussi j'ai utilisée Google :(...mais il faut dire que je ne lis pratiquement plus sauf "Le courrier du sud" mon hebdo de quartier...Je ne connaissais ni l'auteur, ni le livre de cet
extrait :-(. Signiée: une lectrice "quiche" canadienne


La Fée Passie 16/06/2011


Bon, j'arrive après la bataille ! pas glop du tout ce passage. Je suis dans les starting blocks pour le prochain DLA !


Valérie 16/06/2011


Ok on a l'auteur (que j'aime bien d'ailleurs) mais le titre?!
Tout le monde l'aura compris: je suis une grosse flemmarde et surtout une quiche en recherche Gogole!!!


stéfany 16/06/2011


allez je vais tenter petits crimes conjugaux mais en même temps j'ai pas de mérite il vient de repasser sur un site de philo...


stéfany 16/06/2011


pas de mérite je te dis mais pour une fois que je gagne je dis CHAMPAGNE et tu l'as lu ??????